Être touriste à Kuala Lumpur
Malaisie

Être touriste à Kuala Lumpur

Nous avons passé seulement quelques jours à Kuala Lumpur mais nous pouvons vous apporter notre modeste retour d’expérience. La culture et le mode de vie en Malaisie ont de quoi nous dépayser, nous petits français du sud-ouest.

Métro de Kuala Lumpur

Prendre le métro (ou le train)

Avant tout il faut dire que le métro est surement la façon la plus rapide de se déplacer dans la capitale Malaisienne. Comme vous pourrez le constater, les piétons ne sont pas mis à l’honneur : pas/peu de rues piétonnes, beaucoup de circulation, peu de signalétique, …

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le métro de Kuala Lumpur n’a pas un réseau si complexe que l’on pourrait s’y attendre dans une grande agglomération. Les stations desservent assez bien le centre-ville. Nous en avions nous-même deux à proximité de notre logement.

Pour le train comme pour le métro, à Kuala Lumpur on ne fonctionne pas avec des tickets mais avec des jetons (oui, oui comme au casino). Ces derniers sont magnétisés et doivent être rendus à la station d’arrivée. Attention donc de ne pas le perdre ! Les jetons sont à retirer aux bornes automatiques à l’entrée du métro. Le plus souvent, celles-ci ne prennent ni carte bleue, ni gros billet (au-delà de 5 ou 10 MYR) donc pensez à garder de la monnaie sur vous. Dans le cas contraire, un guichet vous permet d’en obtenir.

Contrairement à la France, il n’existe pas de tarif unique pour un déplacement. Le prix dépend de la distance entre votre station d’origine et celle de destination. Cependant, les tarifs pratiqués sont très très (oui j’insiste) attractifs. Le premier prix démarrant à 0,80 MYR (0,17 centimes d’euros).

Nous avons à apprendre de l’organisation des passagers du métro de Kuala Lumpur. En effet, pour attendre la prochaine rame, ces derniers créaient des files d’attente organisées pour éviter toute bousculade au moment d’entrer. De même, dans les escalators, la file de droite est réservée à ceux qui avancent, laissant la file de gauche pour ceux qui se laissent monter.

Petite parenthèse concernant le train : vérifiez bien la rame dans laquelle vous êtes installés. Certaines sont réservées exclusivement aux femmes.

 

Prendre un taxi

Les déplacements en taxi peuvent être bien utiles à Kuala Lumpur. Mais rassurez-vous, les prix pratiqués n’ont rien en commun avec ceux de la France !

Les taxis se trouvent facilement et si vous êtes dans un hôtel ou une grande résidence, il est fort probable que vous puissiez commander un taxi à l’accueil.

Sachez également qu’il y a Uber à Kuala Lumpur. Comme en France, les prix pratiqués se veulent compétitifs. Cependant, pour utiliser l’application il est nécessaire d’avoir une connexion internet. Nous avons-nous même fait l’expérience et se connecter en 4G avec le forfait français ne rendra pas la course moins chère, même si vous utilisez Uber ! Notre porte-monnaie en a fait la malheureuse expérience ! Préférez donc le taxi si vous n’avez pas de wifi à proximité et évitez absolument d’allumer vos données cellulaires.

A titre d’exemple, pour 45 minutes – 1heure de trajet pour nous rendre de notre logement à l’aéroport :

 Le taxi nous a coûté 100 MYR soit 22€.  

Le Uber nous a coûté 78 MYR soit 16,50€

Plat typique en MalaisieManger au restaurant

S’il y a bien quelque chose d’agréable à Kuala Lumpur, c’est la restauration ! La cuisine est à l’image de la ville : diversifiée ! Comme dans la plupart des pays, à l’exception de la France, les cartes ne proposent pas de menu.

Les plats typiquement Malaisiens sont souvent composés de plusieurs préparations où l’on retrouve de façon quasi-systématique du riz et du poulet (mais le poisson est fréquent également). Le plat que nous avons souvent retrouvé à la carte était une cuisse de poulet en sauce, un gros bol de riz, une soupe miso, et un wok de pousses de soja. Notre courte expérience nous a démontré que des ingrédients épicés pouvaient se cacher un peu partout dans votre assiette et cela n’est pas forcément précisé sur la carte alors soyez prudent avant d’enfourner dans votre bouche une énorme cuillère de sauce. En effet, « l’épicé » made in France est un petit joueur en comparaison à l’épicé made in Malaysia. 😊

Mais la bonne surprise se fait aussi au moment de l’addition. La restauration est clairement très peu onéreuse en Malaisie et il faut le reconnaitre, pour notre plus grand plaisir. Selon le standing du restaurant, le prix d’un plat varie entre 12 et 24 MYR soit 2,50€ à 5,50€ et souvent, les plats sont copieux. Des quelques jours que nous y avons passé, nous avons testé différents types de restauration dont voici les prix :

Restaurant de standing : 2 entrées, 2 plats et deux boissons : 85 MYR – 18€

Restauration de rue à Chinatown: 7 brochettes de viandes et de légumes : 35 MYR – 8€

Restauration de rue à Chinatown : 6 Sachets de fruits frais : 9MYR – 1,92€

Restauration type chaine spécialisée en cuisine Malaisienne : 2 menus : plats + boissons + une cuisse de poulet : 40 MYR – 8,50€

Chaîne de restauration sushis : Une vingtaine de sushis : 51MYR – 11€

Au prix des plats s’ajouteront sur la note, le prix du service et celui d’une taxe comparable à notre TVA en France. Rien d’extravagant cela dit. Bien que l’on trouve fréquemment dans la rue, des stands de vente de fruits séchés ou pates sucrés diverses, les desserts sont assez rares sur les cartes de restaurant. Nous avons d’ailleurs un peu regretté qu’il soit si difficile de trouver des fruits frais car l’ananas et la mangue sont vraiment abordables dans ce pays.

Written by lesblog-trotteurs in 17 avril 2017 / 421 Views

3 Comments

  • Chantal 18 avril 2017 at 22 h 04 min

    Bel article pour voyageurs en quête de renseignements vécus.

    Reply
  • Mélanie 26 avril 2017 at 21 h 07 min

    Merci pour toutes ces précisions ! Les photos sont superbes. Elles donnent vraiment envie.
    Pourquoi pas intégrer une galerie à votre blog ?

    Reply
    • lesblog-trotteurs 30 avril 2017 at 13 h 59 min

      L’option galerie est ajoutée sur les articles pour lesquels nous disposons de nombreuses photos. Ainsi, les clichés sont rattachés à l’article correspondant (voir l’article « 3 jours à Kuala Lumpur » pour exemple). Pour le moment cela nous semble suffisant mais à voir pour la suite ! Merci pour tes suggestions ma Mélou 😉

      Reply

    Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *