Australie

3 jours sous le soleil d’Exmouth

Après deux jours de roadtrip et plus de 700km, nous sommes arrivés à Exmouth. Cette petite ville compte en tout et pour tout deux superettes, une boutique de camping et trois de souvenirs ! Pourtant, entre mai et août elle est considérée comme la capitale du requin-baleine. En effet, si on vient à Exmouth pour la Ningaloo Reef, seconde plus grande barrière de corail au monde, il s’avère que sa cote est reconnue comme étant le trajet des requins-baleine en migration.

 

Exmouth : petite ville pour grosses dépenses

Qu’il fait bon vivre à Exmouth ! En effet, il y fait beau, chaud et des perroquets jouent dans l’herbe (si ça n’est pas un signe de bon vivre ?!). Cependant, le coin de paradis se paie cher ! 

Avant tout parce que la guerre est menée contre les campeurs sauvages. Évidemment, aucune aire gratuite n’est proposée à moins de 60km de la ville. Il faut donc payer un emplacement en camping. De plus, nous avons vu notre budget alimentaire exploser. En effet, les supérettes présentent des prix élevés. Nous nous rappellerons longtemps du paquet de pain de mie à 4,50$ !

Une fois cela digéré, nous nous sommes pourtant sentis comme des poissons dans l’eau. D’abord parce que nous avons (encore) recroisé Cédric, notre pote de HelpX, avec sa coloc Marion ! 😊 Mais aussi parce qu’il règne à Exmouth une ambiance de vacances, d’eau turquoise et de sable chaud ! Après un jour de farniente bien mérité, nous sommes partis nous essayer au snorkelling !

 

Notre journée snorkelling près d’Exmouth (une première pour moi)

Sur la côte Ouest de la péninsule qui abrite Exmouth, on trouve la « Ningaloo Reef » (récif Ningaloo). Elle est considérée comme la petite sœur de la grande barrière de corail. Ici il suffit d’un masque et d’un tuba pour observer les coraux à quelques mètres seulement de la plage ! Longue de 260km, il faut pour y accéder dans sa partie nord, entrer dans le Cape Range National Park. On trouve là de nombreux spots propices au snorkelling. Et nous ne nous sommes pas privés de visiter les plus beaux d’entre eux !

Notre premier arrêt fut Oyster Stacks. Il faut oublier les risques de méduses, de requins et de « blow fish » et se jeter à l’eau ! Malgré une entrée/sortie dans l’océan un peu sportive, il faut reconnaitre que les fonds sont beaux. En effet, de multiples poissons, grands, petits, aux rayures turquoise ou jaunes s’activent le long des coraux. Malheureusement, ces derniers sont quant à eux peu colorés. L’eau y est claire et permet bien de distinguer les fonds.

Ensuite, nous avons décidé de partir à la conquête de Turquoise Bay. Qu’est-ce que Turquoise Bay vous demandez-vous ? Imaginez une immense plage de sable blanc, une mer turquoise et calme et quelques goélands dans le ciel, vous voyez ? Voilà Turquoise Bay ! Ici, le snorkelling est moins intéressant. Il n’y a pour ainsi dire, pas grande chose à observer aux abords de la plage. Mais cette dernière est en elle-même un paysage idyllique.

Après cette première baignade en eaux australiennes, nous sommes rentrés dans notre « camping nature » dans le Cape Range National Park en pensant très fort à notre défi du lendemain : nager avec le plus gros poisson au monde.

Une journée avec le requin baleine

Avant tout, sachez que bien qu’il soit le plus grand poisson au monde, le requin baleine est inoffensif. En effet, celui-ci se nourrit de plancton qu’il ingurgite en en ouvrant une énorme gueule ovale tout en nageant. Aujourd’hui il est considéré comme une espèce protégée.

Nous étions une quinzaine à bord du bateau. Après avoir été équipés, nous sommes amenés dans des eaux turquoises pour faire du snorkelling tout proche de la cote. Joli spot où nagent une large variété de poissons, sur des coraux atteignant parfois 4 mètres de haut !

Puis vient le moment attendu. Nous partons au large. L’hélicoptère a repéré des requins baleine ! Lorsque le top retentit, c’est  l’agitation à bord. Il faut se jeter à l’eau en quelques secondes. Chacun joue de ses palmes et tente de se frayer un chemin. Puis, nous formons une ligne dans l’eau. Nos monitrices s’excitent : elles pointent du doigt nos pieds. Je plonge tête la première et LE VOILA ! Le géant des mers. Il nage tranquillement sans prêter attention aux remous causés par notre petit groupe agglutiné là pour le contempler. Il est à 2.50 mètres de moi ! C’est incroyable.

Il avance comme s’il glissait dans l’eau. Sa peau grise foncée se détache sur l’eau claire transpercée par les rayons du soleil. Seuls quelques petits poissons s’agitent près de lui, pour rester protégés dans l’ombre de ce colosse. Nous avons réussi à le suivre sur quelques dizaines de mètres. Le fixer en nageant à son rythme dans le silence de la mer donne l’impression d’une vision surréaliste. Comme un hologramme projeté sur fond bleu. Moment de grâce…

Finalement, la sortie nous a également permis de voir des dauphins (au loin), une raie énorme et des vaches de mer… Bref une belle journée rythmée par 8 plongées (dont 6 pour voir les requins baleine) ! Un peu épuisant mais tellement fantastique !


Et pour le vivre avec nous, regardez notre vidéo 🙂

Pour l’anecdote :

  • Le plus long requin baleine vu sur cette côte mesurait 18 mètres.
  • La journée avec les requins baleine coûte 380$ par personne
Written by lesblog-trotteurs in 22 juin 2017 / 475 Views

2 Comments

  • Richard Heartoflion 22 juin 2017 at 16 h 57 min

    Hello Laura and Stephani,
    I’m producer for the famous british channel : bbc. Recently, we start a report on the tourism in Australia and i’m very interested by your experiences. Pls call me on this number: +087885656 for more infomations.
    Ps: non je deconne c’est ton frere. Mdrr au top votre blog

    Reply
  • bartoli gérard 23 juin 2017 at 13 h 29 min

    Personnellement, cela m’a ouvert l’appétit de voir tous ces poiscailles! Du coup, je me suis fait une petite salade de tomates, oignon, fromage de chèvre ,vinaigrette. Et là, mes amis au lieu d’y rajouter ma sempiternelle boîte de thon, j’ai opté pour une barquette de crevettes. En promotion, 2.30€ les 100 grs, rayon freezer chez Monop’. Bonne affaire , non ?
    A quand les photos sur les vaches écrasés au milieu de vos longues lignes droite, histoire que je me teste le tartare de carrouf’…
    Bon, éclatez vous bien , jeunes gens
    Vallon du pinouche.

    Reply
  • Répondre à bartoli gérard Annuler la réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *