Vue d'Ubirr au Kakadu Vue du sommet de la colline à Ubirr, au Kakadu Peinture aborigène d'un dingo sur les roches d'Ubirr au Kakadu Cahill's crossing avec au loin, une roue de voiture emportée dépassant des flots Stéphane entre par la grande porte au Kakadu :) Promenade de Nourlandgie au Kakadu Vue du billabong "Angbangbang" au Kakadu Vue sur la Yellow Water au Kakadu National Park Vue sur la Yellow Water au Kakadu National Park Vue de la promenade de Nourlangie au Kakadu Promenade de Nourlangie au Kakadu National Park. Gunlom, au Kakadu National Park Gunlom, au Kakadu National Park Stéphane égérie des blog-trotteurs à Gunlom :) Gunlom, au Kakadu National Park Laura à Gunlom, au Kakadu National Park Cascade du Litchfield où l'on peut se baigner (surtout Stéphane) Grande cascade du Litchfield
Australie

Quatre jours dans les parcs nationaux : Kakadu et Litchfield

Nous avons quitté nos hôtes David et Robin le 26 juin pour partir trois jours à l’aventure dans l’immense parc du Kakadu. Ce dernier est un incontournable du Northern Territory. Situé à 250km de Darwin, ce parc emblématique de l’Australie a la particularité d’être tenu par une communauté aborigène. Avec ses 20 000km² de superficie, le Kakadu offre un large éventail de paysages mêlant art aborigène et points de vue sur la nature.

 

Une arrivée compliquée au Kakadu

Freecamp Kakadu national park
Premier camping au Kakadu

Nous sommes arrivés au Kakadu un après-midi avec pour unique objectif de trouver un camp gratuit où passer la nuit. Après quelques kilomètres sur les routes du Kakadu, nous trouvons une petite aire de gravier sans prétention. Objectif free camp atteint ! Nous nous installons donc pour camper. Mais à peine la nuit fut tombée que nous voilà envahis par des moustiques. Des moustiques par centaines ! Cela nous vaudra un sommeil en pointillés, Stéphane s’évertuant à tuer le moindre moustique égaré dans la voiture. Le lendemain matin, je comptais pas moins d’une vingtaine de piqures sur chacun de mes pieds, me faisant passer l’envie de me promener en tongs le soir !

Le lendemain nous nous rendons au centre d’information dans l’idée de mieux cerner les sites incontournables du parc. Là encore pas de chance, « Tout est à voir ! » nous dit-on.  Mais globalement il nous apparait que sans 4X4 ou promenade en bateau, nous sommes tout de même limités. Nous partons donc conquérir le Kakadu dans un brouillard complet, ne sachant précisément ce que nous allons visiter.

Entre paysages saisissants et art aborigène

Vue d'Ubirr Kakadu

Notre premier arrêt fut un peu par hasard à Ubirr, au nord du parc. Là, à travers une courte marche nous découvrons sur les roches nos premières peintures aborigènes. Enfin nous rencontrons l’art aborigène ! C’est assez fascinant à observer. Au bout de la marche, nous accédons au plateau d’une colline avec une vue dégagée sur les alentours. Là s’offre à nous le paysage sauvage et brut du Nord du Territoire australie sur des kilomètres. L’herbe de la plaine est verte, le ciel bleu, la terre rouge, le contraste est saisissant !

Nous quittons Ubirr pour nous rendre non loin de là à « Cahill’s crossing ». A cet endroit on trouve un passage permettant de traverser la large rivière. Célèbre en Australie pour emporter régulièrement les voitures qui tentent de le traverser, Cahill’s crossing a en effet une marée plus ou moins haute et un courant changeant. Quoi qu’il en soit, les accidents ne sont pas rares comme en témoigne la voiture retournée apparue à marée basse ce jour-là.

Le second jour nous ferons le tour du billabong Angbangbang qui a pour seul atout un beau point de vue sur les collines, puis nous irons jusqu’à la « Yellow water » qui se découvre en bateau. Seule la promenade de « Nourlangie » tiendra ses promesses avec une découverte plus profonde de l’art aborigène et quelques points de vue intéressants sur la forêt environnante.

Notre coup de cœur interviendra finalement le dernier jour à Gunlom. Pour y accéder, il faut rouler 40km sur une « dirt road » puis atteindre un plateau de colline escarpé pour enfin découvrir un enchainement de bassins d’eau claire se jetant les uns dans les autres. Le dernier en bord de falaise déborde en une spectaculaire cascade d’une centaine de mètre. Cette piscine à débordement naturelle valait le détour ! C’est la plus belle chose qu’il nous ait été donné de voir jusqu’alors. En plus la baignade est autorisée : il n’y a pas de crocodile ! Nous y passerons l’après-midi avant de quitter le Kakadu.

 

Une journée au Litchfield National Park

Rivière au Litchfield

A peine partis du Kakadu que nous décidons de faire un stop d’une journée au Litchfield National Park. Ce petit parc à 1h30 de Darwin est un endroit propice aux promenades en familles. On y voit surtout des cascades et trous d’eau où l’on peut se baigner au milieu d’une végétation tropicale.

Les spots sont vraiment jolis mais les nombreux visiteurs avec leurs grosses bouées rendent la baignade peu intime. Pourtant, nous sommes bien en pleine nature et pour preuve, nous avons croisé un discret serpent sur le rocher en allant nous baigner.

Nous avons notamment vu les « Florence falls » qui valent le coup d’œil. Nous avons enfin pris la route de Dundee Beach pour rencontre Emma, notre nouvelle hôte HelpX.


 

Pour l’anecdote :

  • On trouve dans le Kakadu National Park beaucoup d’animaux sauvages : lézards, crocodiles, mais aussi ânes, chevaux ou buffalos. Attentions à ces derniers, ils peuvent se promener aux abords des routes.
  • Le Kakadu est si grand que sa superficie atteint presque celle de la Bretagne !
Written by lesblog-trotteurs in 4 août 2017 / 344 Views

2 Comments

  • Chantal 4 août 2017 at 13 h 01 min

    Je veux bien visiter ce parc, quand nous viendrons vous rejoindre…
    Bises les Enfants!!!

    Reply
  • Your brother 6 août 2017 at 22 h 13 min

    Trop bien…magnifique article. Wonderful

    Reply
  • Répondre à Your brother Annuler la réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *