Vue sur le jardin de Brad Vue sur notre petit bungalow dans le jardin... La montée qui tue pour arriver à la maison de Brad. Vue d'ensemble sur le jardin et la maison de Brad. En plein travail dans le jardin de Brad La superbe terrasse de Brad... Notre petite terrasse privative ! Et oui... C'est chez nous ! :) Notre matinale pêche au crabe Notre matinale pêche au crabe... L'arrivée sur l'île "Hope" La petite île "Hope" sur laquelle nous avons passé la journée. Un curieux habitant des coraux... Gigantesque coquillage ! Les coraux de l'île à marée basse. La petite île "Hope" où Brad nous a amené. Stéphane en plein effort Ma découverte : une étoile de mer
Australie

Côte est de l’Australie : une semaine de Helpx à Bloomfield

Après avoir dit au revoir à notre chère Emma et à John, nous avons pris la route pour quelques jours de roadtrip. Notre destination : Bloomfield au nord de la côte est de l’Australie. Pour y arriver, plus de 3000 km nous attendaient ! Au milieu des paysages arides et désertique de l’Australie centrale, il a fallu prendre notre mal en patience. Nous sommes tout de même arrivés à Bloomfield le mardi 1er août chez Brad, hôte HelpX aux 69 commentaires* (ce qui est énorme).

L’arrivée sur la côte est de l’Australie

Nous y sommes ! La dernière ligne droite de notre voyage en Australie. L’arrivée sur la côte Est fut surprenante. Nous avons eu la sensation d’avoir soudain changé de pays. Alors que la veille nous roulions sur des lignes droites sans paysage, dès notre arrivée sur la cote nous avons vu de la végétation tropicale, des champs de canne à sucre, des montagnes, des prairies vertes. Le contraste est saisissant et le changement s’opère sous vos yeux en quelques kilomètres seulement.

Cela a sonné comme un retour à la civilisation. Plus de difficulté à trouver des stations essences, des supermarchés où du réseau, il y en a à peu près partout. Le seul problème semble être le nombre de free-camp (campings gratuits) sur cette côte hyper touristique. En effet, les rares camps gratuits sont pris d’assaut parfois même dès le matin. Le camping sauvage étant interdit en Australie sous peine d’amende, cela risque de nous poser problème pour la suite. En tout cas, c’est terminé les petits camps en pleine nature où nous passons la nuit seuls.

Les deux nuits que nous avons passé sur la cote avant de rejoindre Bloomfield étaient dans un charmant camping surpeuplé. Il faut dire que les australiens adorent camper… mais en tout confort. Ils se déplacent avec des campings-cars énormes qui tractent derrière eux des remorques avec un 4×4, bateau, vélos, … C’est le minimum !


L’arrivée à Bloomfield, dans la forêt tropicale

forêt tropicale

Nous voilà à Bloomfield, en pleine forêt, longeant un cours d’eau rempli de crocodiles. Les arbres sont hauts, verts et denses ici. Nous arrivons donc chez Brad, au milieu d’une épaisse jungle. La saison dite « sèche » n’est ici pas la même que celle de Darwin.

Brad habite une maison placée sur un terrain très en pente sur le flanc d’une colline. C’est un ancien militaire qui ne travaille pas vraiment. Sa compagne Kerry, est chef dans un camping voisin. A notre arrivée, Brad nous explique le fonctionnement du helpX chez lui et les nombreuses règles à respecter. Il semble maitriser au poil la « formation » des nouveaux arrivants et pour cause, ici les helpeurs s’enchainent. Nous remplaçons d’ailleurs quelqu’un parti le matin même.

Nous logeons dans un petit cottage sympathique au bout de son terrain. La douche extérieure, les toilettes sèches et le sommier en une seule planche en font un logement sans grand confort mais appréciable par son intimité.

Il apparait rapidement que Brad est un bourru peu bavard. Il est lunatique et peut t’envoyer paître si tu trouves sur son chemin au mauvais moment. Nous avons eu droit à plusieurs « Just get away ! » qui se traduisent pas « Dégagez de là »… Top ambiance !

Niveau échange culturel c’est zéro. Les diners que nous partageons durent tout juste le temps d’avaler le repas, puis Brad va s’affaler sur son canapé puisque ce sont aux helpeurs de faire la vaisselle.

 

Le travail et les activités chez Brad, à Bloomfield

plage déserte

Le travail est physique, surtout pour Stéphane qui est clairement utilisé sur des tâches pénibles. Nous avons en dehors des heures de travail, des petites responsabilités tout au long de la journée qui font que l’on reste à disposition tout le temps.

Brad propose tous les matins avant le travail, d’aller pêcher sur la rivière à bord de son petit bateau à moteur et de faire le tour des pièges à crabes. Malheureusement il lui arrive de s’être levé du mauvais pied.

Un jour pourtant il nous propose de nous amener sur un îlot en mer sur la grande barrière de corail. Bien que cela nous en coûte une journée complète de travail, nous sommes ravis. Mais c’était sans compter sur l’humeur de Brad ce jour-là. Après un accueil glacial à bord du navire, Brad et Kerry passeront la journée enfermés sur leur bateau en nous laissant seuls sur l’ile avec en tout et pour tout une bouteille d’eau.

L’île était cependant très jolie. Nous avons pu voir de nombreux coraux bien vivants aux couleurs multiples : jaunes, mauves… Ces derniers étaient à quelques mètres seulement du rivage. Avec la marée basse, nous pouvions marcher au milieu d’eux.

Finalement, la belle rencontre fut Georges, sympathique anglais, helpeur en même temps que nous chez Brad. D’une flexibilité à toute épreuve, il faisait bien souvent le lien entre Brad et nous. Ce fut un réel plaisir de partager avec lui le travail, les repas, la journée sur l’île et les conversations ! Toujours d’humeur égale, serviable et bavard, ce fut surement l’atout de cette expérience de HelpX.

Notre départ après une semaine fut sans trop de regret même si nous partions pour 3 semaines de roadtrip sur la cote est de l’Australie.

 

Prochaine étape : Cairns et sa région


Pour l’anecdote :

*Les sites « HelpX » et « Workaway » que nous utilisons mettent en relation des locaux ayant besoin de main d’œuvre pour diverses tâches et des voyageurs qui reçoivent en contrepartie d’une matinée quotidienne de travail, le gîte et le couvert. Pour sélectionner un hôte, rien de mieux que les commentaires laissés par les précédents voyageurs ayant séjourné chez lui.

– Nous avons vu durant notre séjour deux varans dont l’un tranquillement installé derrière la maison ! Impressionnant.

– L’une des missions de Stéphane était de déplacer des rondins de bois. Ce bois appelé « steal wood » (bois acier) était un cauchemar à porter !

– La cuisine chez Brad était particulière. Parfois trop légère, parfois trop étrange. Mention spéciale au sandwich « pain de mie toasté aux pates bolognaises » !

Written by lesblog-trotteurs in 14 août 2017 / 275 Views

2 Comments

  • golden years 14 août 2017 at 18 h 39 min

    heureusement que vous avez bénéficié du paysage

    Reply
    • lesblog-trotteurs 18 août 2017 at 4 h 00 min

      Et de notre collègue George qui était très sympa ! Cela arrive, ça reste une expérience intéressante.

      Reply

    Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *