Cape Hillsborough à 6h30 du matin. Will le kangourou qui prend la pose Petit déj après un réveil matinal sur Cape Hillsborough La plage de Cape Hillsborough Vue depuis le parc national d'Eungella sur la vallée. Notre camp pour la nuit :) Le petit platypus ! Stéphane pilote d'hélicoptère, c'est pour bientôt ! Bord de mer d'Airlie Beach Centre ville d'Airlie Beach Héhé nous voilà ! L'avion de l'intérieur ... Le serpent blanc ? Des jetskis sur la mer ! Les îles des Whitsunday Whitehaven beach, plus belle plage des Whitesunday. La grande barrière de corail... On y est ! La grande barrière de corail. Saurez-vous trouver le "heart reef", récif emblématique ? La grande barrière de corail. La grande barrière de corail. La grande barrière de corail. Les îles des Whitsunday Les îles des Whitsunday La grande barrière de corail.
Australie

Côte est de l’Australie : Airlie beach et la grande barrière de corail

Nous avons passé trois superbes journées dans les alentours d’Airlie Beach. Il faut dire que cette petite ville de bord de mer a un charme fou. Elle doit son tourisme au fait qu’elle soit la porte d’entrée vers les « Whitsunday islands » archipel de petites îles visitées pour leurs plages paradisiaques. Airlie Beach fut l’endroit où nous avons découvert la grande barrière de corail d’une façon spectaculaire. Mais avant cela, nous sommes partis en quête de nature dans les alentours.

 

Les kangourous sur la plage de Cape Hillsborough

kangourous cape hillsborough

Nous avons entendu parler de ce spectacle unique un peu par hasard en fait. Des kangourous sur une plage, c’est quand même atypique. Mais attention, ils ne sont là que le matin. Alors, après une nuit sur une aire de gravier, notre réveil a sonné à 4h pour nous rendre à Cape Hillsborough, à une heure de notre camp. Nous sommes arrivés au bord de la plage dans le noir complet sans savoir si nous étions au bon endroit. Après une longue attente dans la voiture, Stéphane part en éclaireur. Il revient victorieux : ils sont là !

Nous marchons jusqu’au bout de la plage où un attroupement a lieu. C’est un peu décevant : il y a plus de touristes que de kangourous. Seulement une dizaine de wallabies et kangourous pour une soixantaine de curieux. D’ailleurs la rencontre est à présent encadrée. Les kangourous sont nourris avec des graines dans un périmètre afin de nous garder à une distance raisonnable d’eux et d’éviter ainsi les abus. Cela nous refroidis un peu.

Une fois les graines terminées, les animaux partent un à un. Nous décidons donc de rester sur place pour déjeuner. La plage est superbe et offre une longue zone herbeuse ombragée pleine de tables de pique-nique avant d’arriver sur son sable chaud. Nous déjeunerons là, accompagnés de quelques kangourous qui viendront nous tenir compagnie. Un cadre extra pour passer la journée.

 

Les ornithorynques de l’Eungella National Park

Lookout eungella national park

Nous avons en suite pris la route dvers un nouveau parc national. L’Eungella National Park est perché dans les montagnes à 1h15 de route. Nous avons posé nos valises (et notre grosse voiture) dans le minuscule camp du parc national.

Ici, une rivière coule et traverse la forêt humide. C’est dans ce cours d’eau que l’on peut observer des « platypus » autrement dit, des ornithorynques. Pour cela, il faut rester silencieux et attendre patiemment en fin de journée ou aux aurores.

Et effectivement, à peine arrivés nous avons pu en observer un. Première surprise, si on le décrit comme un animal à la queue de castor et au bec de canard, l’ornithorynque est pourtant bien plus petit. A peine plus grand qu’une tong de taille 44 (on vous laisse calculer)…  Très actifs, on les voit nager en remuant leurs courtes pattes puis plonger la tête la première sous l’eau. Nous en verrons plusieurs cet après-midi là.

Le petit camp de l’Eungella est agréable même si le parc en lui même présente peu d’intérêt. De ce fait, nous avons décidé de le quitter le lendemain matin pour retourner à Cape Hillsborough. Cette fois encore, la plage est déserte. Les tables de camping sous les arbres, en amont, sont toutes à nous.

Drôle de rencontre, cet australien habitant en face qui vient soudain entamer la conversation avec nous et nous faire visiter sa maison et ses 3 hélicoptères stationnés dans son jardin. Incroyable !

 

Les Whitsundays Islands et à la grande barrière de corail

vol grande barrière de corail GSL aviation

Nous avons longtemps hésité sur la façon de voir la grande barrière de corail. Il semble inconcevable de partir d’Australie sans l’avoir vu. Mais l’état de la plus grande barrière de corail au monde est critique. D’autant plus depuis le passage du dernier cyclone sur la cote. Les coraux du récif intérieurs sont morts et pour voir des coraux en bon état, il faut partir au large, vers les coraux extérieurs.

Le snorkelling sur la grande barrière de corail est un classique. S’il est certain que le réchauffement climatique nuit à cette merveille naturelle, il y a fort à parier que la foule incessante de touristes qui y transitent chaque jour, n’arrange rien. C’est l’une des raisons qui a fini par nous décider à ne pas faire la grande barrière de corail en snorkelling.

Finalement, nous avons trouvé le compromis idéal. En effet, nous avons survolé la grande barrière de corail ! L’avion de 8 places offre une vue à couper le souffle sur les îles Whitsundays puis sur la grande barrière de corail. L’observer dans sa globalité était un spectacle unique et fabuleux ! Le vol d’une heure passe très vite. Je pense que les images parlent d’elles même.

La compagnie proposant ce vol d’une heure est basée à Airlie beach. Il s’agit de GSL Aviation. Rien à redire sur leur service qui était parfait. Cette expérience était tout bonnement fabuleuse !

Si ça vous branche de survoler la grande barrière de corail, le site de GSL Aviation est par ici ! 🙂

 


Pour l’anecdote :

  • Pour avoir une meilleure vue des îles des Whitsundays, privilégiez un vol aux heures de marée basse.
  • Le vol d’une heure comprenant le survol des Whitsundays et de la Grande barrière de corail coûte 219$ avec GSL Aviation.
  • Il est possible d’acheter un hélicoptère en kit et de le monter soi-même. C’est ce qu’à fait notre ami rencontré en bord de plage avec l’un de ses trois hélicos.
Written by lesblog-trotteurs in 28 août 2017 / 411 Views

2 Comments

  • les biquet 29 août 2017 at 19 h 37 min

    j’adore suivre votre road trip
    que d’aventures, de beaux paysages
    un régal
    profitez bien

    Reply
  • CHANTAL 29 août 2017 at 22 h 14 min

    Super, « Les Blog- trotteurs »..!!. Je suis accro. à la série, j’attends le prochain épisode…
    Bises à vous deux.

    Reply
  • Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *