Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains L'homme à capuche :) Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains Evan's Lookout, à la fin du Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains Evan's Lookout, à la fin du Grand Canyon circuit Walk, premier jour aux Blues Mountains l’Aboriginal Walls cave walk, premier jour aux Blues Mountains Notre second free-camp dans les Blues Mountains. Nous y avons passé 2 nuits Vue depuis la marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains Marche National Pass, second jour aux Blues Mountains "Sublime Point Lookout", second jour aux Blues Mountains "Sublime Point Lookout", second jour aux Blues Mountains "Sublime Point Lookout", second jour aux Blues Mountains... Pas rassuré le Stéphane ?  Les three sisters, vue emblématique des Blues Mountains
Australie

Côte est de l’Australie : les Blues Mountains

Après Surfers Paradise et Port Macquarie, notre roadtrip sur la côte est de l’Australie touche bientôt à sa fin. Le point final de cette aventure sera la ville de Sydney dans l’état du New South Wales ( Nouvelles-Galles du Sud). Mais avant cela, le 29 août, nous sommes enfin arrivés aux fameuses Blues Mountains qui nous ont été si souvent recommandées ! Situées à seulement 2h de Sydney, les montagnes bleues sont donc un lieu emblématique de l’état du New South Wales.

L’arrivée aux Blues Mountains, premières impressions

Blues mountains, vue sur vallées montagnes

En approchant de Sydney, nous sommes d’abord stupéfaits de constater que le réseau routier s’est transformé. Les routes désertes ont laissé place à des 2 fois 4 voies très fréquentées. Qu’on est loin de notre départ de Perth, 18 000km et 5 mois plus tôt ! Nous goûtons également aux routes payantes ! Quel cauchemar ! Heureusement, elles sont très peu nombreuses en Australie. Le principe ? Alors que vous roulez, vous êtes informés par un panneau que vous entrez sur un tronçon de route payant. Pas de barrière, pas de péage, seulement des caméras qui scannent votre plaque. Vous avez alors 24/48h pour payer en ligne ou par téléphone votre passage… Compliqué dites-vous ?!

Stéphane et moi, habitués aux parcs nationaux en pleine nature, nous attendions à un cadre similaire pour les Blues Mountains. Et bien pas vraiment ! Les Blues Mountains s’étalent entre plusieurs communes et sont donc dans une zone très urbanisée. Chaque petite ville se dispute d’ailleurs la meilleure randonnée ou le meilleur point de vue pour attirer les touristes. Mais il faut reconnaitre que ce territoire très vallonné est agréable.

Nous nous sommes installés dans un free-camp fort charmant en descendant dans la vallée. Sous l’épaisse forêt, près d’un ruisseau, nous avons allumé notre désormais habituel feu de bois. Et heureusement car aux Blues Mountains en cette fin de mois d’août, il fait un froid glacial ! Au petit matin, tout était humide dehors. Nous avons eu les plus grandes difficultés à rallumer notre feu et nous sommes même interrogés sur notre capacité à passer plusieurs nuits ainsi.

 

Premier jour aux Blues Mountains

canyon blues mountains

Heureusement le soleil était radieux ce jour-là, nous permettant de compenser un peu nos tenues non adaptées à ce climat. Nous nous sommes attaqués à la marche du Grand Canyon circuit Walk. Celle-ci propose de descendre au fond de la gorge et de la suivre. Les paysages sont très charmants mais cela se mérite ! En effet, la randonnée débute par environ 1000 marches permettant de descendre au fond du canyon. Mes mollets s’en souviendront longtemps. Après 2h30, nous sommes remontés au sommet de la colline qui aboutit à une vue sublime sur les vallées alentours. C’est l’Evan’s lookout.

Une fois de retour à la voiture, nous rencontrons un jeune couple de français sur le point de s’attaquer à la marche. Ils sont sympathiques et nous échangeons un peu sur l’aménagement de la voiture.

Cet après-midi-là, nous faisons l’Aboriginal Walls cave walk. Cette marche oubliée des touristes est peu entretenue. En suivant un chemin, elle permet de descendre jusqu’à une immense roche très creusée qui ressemble à une grotte. L’endroit est considéré comme sacré par les aborigènes, il est donc demandé de préserver les lieux. Pourtant, on trouve bons nombres de noms cernés d’un cœur et gravés dans la roche. Sans être époustouflante, cette courte marche qui ne nécessite pas plus d’une heure est jolie.

Le soir venu, nous changeons de camp, une fois descendus dans la vallée, nous nous éloignons un peu de la forêt et de son ruisseau pour trouver un campement moins humide. Nous nous installons donc dans un joli free-camp loin d’être surpeuplé. Soudain, une voiture se gare juste à côté de nous : c’est le couple de voyageurs rencontrés le matin même ! Nous passerons une partie de la soirée à faire connaissance autour du feu de bois et partager nos expériences.

 

Second jour aux Blues Moutains

Blues Mountains randonnées dans les montagnes

Après un déjeuner devant le feu (notre meilleur allié cotre les réveils frileux) en compagnie d’Amélie et Mathias (nos deux compères backpackeurs), nous partons chacun de notre côté pour une journée de découverte.

C’était prévisible, mes mollets sont en grève après la marche de la veille. Stéphane va devoir s’accrocher, ça sent la journée jérémiade à plein nez. Près de la ville de Wentworth nous nous lançons dans la National Pass. Cette marche s’entrelace avec de nombreux autres parcours. Les paysages sont variés et surprenants durant la National Pass. Forêt, cascade, falaise et même chemin creusé dans la roche. Ce dernier offre un cadre incroyable sur la falaise abrupte, la vallée et les montagnes. Stéphane devra terminer sans moi, je capitule et rentre à la voiture.

L’après-midi nous décidons de nous attaquer aux « lookout » des Blues Mountains. Avec son nom évocateur, le Sublime point lookout sera notre premier arrêt. Et en effet, arrivé sur ce rocher avec un panorama à 270° sur les montagnes, on se prend une claque. La vue est sublime. Nous rencontrons là un baroudeur bavard avec qui nous discutons un moment. A seulement 31 ans, Jono a déjà visité 68 pays, la plupart à la force de ses mollets. Avec 40 000km au compteur de son vélo ce surdoué de la vie nomade a récemment acheté un van qu’il a équipé lui-même. Son confort est optimal : Télévision, lit dépliable, évier avec compteur d’eau, porte vélo dépliable, tout y est. De quoi se sentir tout petit…

 

Les Three sisters et derniers moments aux Blues Mountains

three sisters blues mountains

La journée s’achève avec les emblématique Three sisters proches de l’echo point. C’est un peu la déception. En effet, si la vue sur ces trois rochers finalement quelconques est plaisante, la grande zone urbaine pour les observer manque de naturel. Tous les parkings sont bien entendu payants aux alentours et les touristes semblant concourir pour le plus gros appareil photo de tous les temps sont (trop) nombreux.

Nous rentrons au camp où nous retrouvons Amélie et Mathias. Un rituel s’installe : le feu de camp, les conversations sur l’Australie, la vie en France, le quotidien en voyage, … Ce soir-là on fait griller des chamalows. Cela ressemblait à une soirée entre potes comme à la maison. 🙂

Le lendemain matin bien que nous ayons chacun prévu une dernière matinée aux Blues Mountains, on passe finalement des heures à papoter de tout et de rien devant le feu avant de se quitter. Amélie et Mathias partent au nord, nous restons sur Sydney. Nous partons donc des Blues Mountains après deux belles journées et avec la sensation qu’il y avait encore à découvrir. Ce soir-là, nous dormirons sur une aire de bitume en bord d’autoroute, loin du charme de notre petit camp des Blues Moutains.

Prochaine étape : Sydney.

 


Pour l’anecdote :

  • Les Blues Mountains portent ce nom car avec l’effet de la chaleur, les évaporations des essences d’eucalyptus forment un reflet bleuté au dessus de la canopée.
  • La légende des rochers des « Three sisters » raconte que trois sœurs amoureuses de jeunes hommes d’une tribu aborigène voisine, furent transformé en roche pour les protéger de ce mariage interdit. Mais l’ancien ayant jeté ce sort mouru av
  • Après notre seconde nuit aux Blues Mountains, notre bouteille d’eau laissée dehors était gelée et pour cause, le thermomètre annonçait -2°.
  • Les Blues Mountains proposent énormément de randonnées et de lookout. Pour nous repérer, l’application australienne Wikicamp qui recense notamment tous les lieux d’intérêt sur une carte, fut notre meilleure amie.
Written by lesblog-trotteurs in 24 septembre 2017 / 250 Views

1 Comment

  • Melanie 4 octobre 2017 at 8 h 21 min

    J’adore !
    Merci pour ces anecdotes, c’est vraiment génial.
    Quand on vous lit on a vraiment l’impression de partager la journée avec vous.
    C’est un régal.
    Bisous à tous les deux !

    Reply
  • Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *