Plage de Gili air bateaux bali
Bali

4 jours sur Gili Air : l’île paradisiaque ?

Après deux semaines à Bali, nous continuons l’aventure à deux puisque mes parents sont rentrés en France. Notre prochaine destination : l’une des trois îles Gili souvent considérées comme de petits paradis sur terre. Nous y passerons 4 jours. Mais avant cela, nous avons séjourné encore un peu à Ubud, que nous avons décidément du mal à quitter.

 

2 jours au centre d’Ubud

petit déjeuner Ubud

Après le départ de mes parents, nous nous sommes installés dans un petit Bed & Breakfast dont l’adresse nous avait été donnée par mon amie Marion. Chez Pastika et sa famille, nous occupons une grande chambre de 20m². Bien que simplement meublée, la chambre est d’une propreté irréprochable. Le rapport qualité/prix de cette chambre est excellent et Pastika est sympathique. En face de la maison de Pastika, on trouve la maison dont il loue deux chambres (où nous logeons) puis le temple familial et enfin, les maisons de différents membres de sa famille.

Tous les matins, nous déjeunions sur la terrasse de notre chambre avec une jolie vue sur les toits d’Ubud. Pastika nous amenait un petit déjeuner fabuleux que sa femme préparait à notre attention. Ce dernier se composait d’un jus de fruits frais pressés, d’un thé/café, d’une crêpe à la banane et d’une salade de fruits. De quoi bien démarrer la journée.

Bien installés dans notre spacieuse chambre à l’étage, nous occupions nos journées par des allers-retours au restaurant et l’organisation de la suite du voyage. Après quelques recherches, Il fut finalement décidé de cibler les îles Gili comme prochaine destination. Mais laquelle ? Car il en existe trois. Nous choisirons Gili Air ! Pastika notre hôte, qui avait déjà été notre chauffeur pour l’ascension du volcan, nous trouva des billets pour nous rendre à Gili Air. Cette fois c’est sûr, nous quittions Ubud.

 

La minute culture : les îles Gili, quésaco ?

Les îles Gili sont trois ilots situés au nord-ouest de Lombok, à 30min de bateau ou 1h30 de Bali. Gili Trawangan, Gili Air et Gili Menos ne représentent que 15km² de superficie totale pour environ 3 500 habitants.

Toutes trois très touristiques, elles proposent chacune une atmosphère différente. Ainsi, Trawangan avec ses nombreux bars et son ambiance festive, est la plus dynamique. Elle est très prisée par les fêtards. Gili Air est considérée comme la plus « locale ». Elle offre un bon compromis entre calme et animation. Enfin, Meno est ne petit île désertique réputée pour avoir les plus belles plages.

Toutes offrent aujourd’hui de nombreux modes de logements prenant souvent la forme de cabanes ou huttes en bois. Mais ce qui fait des îles Gili, un endroit à l’aspect paradisiaque c’est aussi le fait que les véhicules à moteur sont interdits. Les îles Gili offrent de nombreux spots de snorkelling et de plongée. Il est d’ailleurs fréquent d’y voir des tortues.

 

Arrivée à Gili Air

Plage de sable avec bateaux Gili Air

Je dois le reconnaitre, nous avons entamer le voyage avec une pointe d’appréhension. La traversée jusqu’aux îles Gili est souvent décrite comme un cauchemar. En effet, le détroit réunissant Bali à Lombok connait souvent une houle incroyable.

Ce matin-là, nous avons dit au revoir à Ubud et à notre hôte Pastika. Une navette est venue nous récupérer pour nous amener à Padangbai, où nous prendrions un fast-boat. Arrivés au port, c’est la grande débrouille ! Après de longues minutes d’attente, nos tickets sont finalement validés. Nous nous rendons au bateau rapidement car celui-ci est prêt à partir.

L’intérieur du bateau déjà rempli, est organisé en rangées de sièges sérés. C’est étouffant. Stéphane qui a le mal de mer, appréhende la traversée. Par chance, nous pouvons accéder au toit où sont stockés les bagages. De nombreux voyageurs s’y installent, à l’air libre. Nous y trouvons une place. C’est parti pour 1h30 sur une mer qui sera finalement très calme.

Gili Air est la dernière des trois îles à être desservie. Nous débarquons sur un quai flottant malmené par de violentes vagues mais nous voilà enfin sur Gili Air !

Laissez-moi vous décrire Gili Air ! Elle est si petite que l’on en fait le tour à pied, en 40 minutes. C’est une île de sable aux nombreux cocotiers. Ici, pas de véhicules à moteur, les gens circulent à pied, en vélo ou sur des petites calèches tirées par des chevaux. Des bars et restaurants longent le bord de mer et proposent des installations toutes plus cosy les unes que les autres : poufs, transats, petite pergola individuelle en bois, … Seul bémol dans ce paysage de rêve : les détritus à certains endroits de l’île. Même si nous avons vu bien pire à Bali, un endroit pareil mériterait d’être immaculé.

 

La vie à Gili Air

Cabane bois B&B Gili Air Bali

Nous logerons dans une petite cabane de bois sommaire mais au charme fou que nous partageons avec un gros geko. Composée d’une chambre, d’une salle de bain extérieure et d’une petite terrasse, notre habitation est placée dans un jardin calme au milieu d’arbres exotiques. Notre situation est idéale : sur la côte la moins venteuse de l’île, à 15min de marche du port et 3 min de la mer. Il n’y a que trois logements à louer dans ce petit B&B. Pour 20€/nuit notre hébergement comprend le petit déjeuner. Il se fait sur la terrasse de la maison principale et se compose d’un thé/café, pancake à la banane ou à l’ananas et d’une salade de fruits. Un délice !

Nos journées s’articulent par des promenades sur l’île, un peu de snorkelling et le choix de notre restaurant du soir. En bref : la belle vie. A Gili nous entamons une cure d’ananas. Ces derniers sont épluchés et découpés en forme de rosace en une minute selon une technique bien rodée. C’est à la fois impressionnant et magnifique à voir. Cerise sur le gâteau, la météo mitigée à Ubud, est ici parfaite. Nous avons un grand soleil tous les jours qui permet de se baigner avec plaisir.

Le soir, nous rejoignons un restaurant de plage devenu notre QG. En 3min, nous sommes installés sur un pouf à savourer un « mango shake » face à la mer. Ce restaurant s’anime certains soirs en recevant un chanteur plein de fraicheur du nom de Rizal Alfaro qui reprend des tubes en version acoustique accompagné de sa seule guitare.

Après 4 jours à Gili Air, nous avons la sensation d’avoir fait le tour de l’île. Il est temps de repartir. Par chance, la traversée retour sera toute aussi calme qu’à l’aller !

 

Pour l’anecdote :

  • Les cocotiers sur Gili Air sont nombreux et sont remplis de noix de coco. Ainsi, on peut siroter une noix de coco facilement sur l’île. L’inconvénient est cependant que les noix de coco tombent n’importe quand des arbres et peuvent causer des accidents ! Mieux vaut s’en éloigner.
  • Les îles Gili sont réputées pour leurs spots de snorkellings. Si nous avons pu voir de très nombreux poissons, nous n’avons malheureusement pas eu la chance de voir de tortues !
  • Notre budget journalier à deux s’élevait à 60€ comprenant logement, déplacements, loisirs et alimentation. Bali offre heureusement d’excellents rapports qualité/prix en matière de logement et de restaurants.

 

Petit déjeuner à Ubud chez Pastika
Petit déjeuner à Ubud chez Pastika
« 1 de 24 »
Written by lesblog-trotteurs in 16 mars 2018 / 631 Views

No Comment

Please Post Your Comments & Reviews

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *