Nusa Penida
Bali

Nusa Penida : notre coup de coeur à Bali

Prochaine étape : l’île de Nusa Penida ! Mais en attendant de vous parler de notre destination coup de cœur, le 23 octobre, nous étions de retour à Bali après notre séjour sur Gili Air. Nous avions décidé de passer deux jours dans la zone très touristique de Séminyak au sud-ouest. Si la traversée retour Gili Air – Bali fut aussi calme que l’aller, les complications arrivèrent dès notre débarquement au port.

 

Court passage à Séminyak

Plage de Séminyak au sud de Bali

A peine étions nous descendu du bateau qui nous ramenait de Gili que des chauffeurs privés nous démarchaient de tous les côtés. Sur le quai, c’est la cohue totale. Nous ne savons pas où trouver la navette qui doit nous amener à Séminyak. D’autant que les pièges sont nombreux pour que les touristes ne prennent pas leur navette et paient finalement un chauffeur. Ainsi, avons-nous dû composer avec les faux conducteurs de navette qui nous amènent finalement à des taxis ou les mauvaises indications destinées à nous décourager de prendre la navette.

Finalement, après 2h de route dans notre tant recherchée navette, nous arrivons à Séminyak. Cette ville est surprenante et ne ressemble en rien à ce que nous avons vu de Bali jusqu’alors. L’avenue principale est pleine de boutiques et de bars. L’architecture des bâtiments est bien plus moderne et les prix s’envolent ! Tout est fait pour plaire aux touristes étrangers et ça marche puisque cette partie de l’île est extrêmement touristique.

Notre hôtel, idéalement situé derrière l’avenue principale, est un endroit calme. La chambre est immense, très propre et lumineuse. Un vrai bonheur ! Les deux nuits que nous y passerons seront reposantes et confortables. Le lendemain, nous prenons le temps de découvrir la ville et surtout sa plage. Ce sera malheureusement une grande déception ! Ici encore, la mer rejette sur le sable de nombreux détritus qui jonchent le sol à coté des transats et des poufs de plage. Quel dommage ! Le tourisme de masse dénature cette partie de Bali, qui semble perdre son identité. A l’exception de quelques restaurants sympathiques dans lesquels nous avons atterris, Séminyak est décidément loin d’être une révélation.

 

Arrivée à Nusa Penida

Nusa Penida

Le 25 octobre au matin, nous partons au port de Sanur pour nous rendre sur l’île de Nusa Penida. Après avoir failli rater le speed boat car j’étais allée chercher un petit déjeuner, nous entamons une traversée de 30 minutes sur une mer calme.

Situé à seulement 10 min du port, notre hébergement est organisé en petits bungalows de bois réunis dans un superbe jardin. L’endroit ressemble à un oasis perdu au milieu d’une végétation sauvage sèche. Si l’extérieur est magnifique, le logement en lui-même dispose d’un confort sommaire pour un budget légèrement plus élevé qu’à Bali même.

A midi, nous décidons de partir à la découverte de l’île. Après avoir loué un scooter auprès de notre hébergement, nous nous arrêtons dans un petit restaurant désert en bord de route. Installés sur la terrasse en hauteur, nous avons une vue imprenable sur la mer et les cultures d’algues très courantes sur cette partie de l’île. Nous commandons un « mango shake » glacé, et nous voilà seuls au monde dans un cadre sublime.

Les plus beaux endroits se méritent sur Nusa Pénida et il nous faudra 50min sur une route parfois chaotique pour atteindre Atuh beach. Mais à peine sommes nous arrivés que nous en prenons plein les yeux. Nous voilà au sommet d’une falaise surplombant d’une part une superbe plage en contrebas et d’autre part une plage inaccessible et sauvage. Ici la mer est d’un bleu somptueux, le sable fin, la végétation constituée de cocotiers et surtout… il n’y a personne. Le cadre est idyllique et correspond aux paysages de plages paradisiaques que l’on imagine en Asie. Nous passons donc l’après-midi sur un transat sur la plage Atuh avant de rentrer en scooter à l’hôtel.

Le soir venu, nous découvrons un charmant restaurant en plein air qui propose une grande carte de poissons. Un régal dans cet endroit qui deviendra alors notre QG sur Nusa Penida.

 

La minute culture : Pourquoi fait-il si bon vivre à Nusa Penida ?

Nusa Penida est une petite île d’une superficie de 202 km2 à proximité de deux petites îles touristiques : Nusa Ceningan et Nusa Lembongan.

Nusa Penida est reconnue pour ses spots de plongée fantastiques qui permettent de voir des coraux encore préservés, des raies manta mais aussi la Môle ou poisson lune (ou encore « Sunfish » en anglais). Ce poisson à l’allure particulière est le plus lourd des poissons osseux. En effet, en moyenne il pèse une tonne pour 1m80 de longueur.

La population de Nusa Penida vit en partie de la culture des algues. On voit d’ailleurs les champs étendus sur des centaines de mètres sur une partie de la côte.

Cette île est un petit joyau de beauté, encore brut et épargné par le tourisme de masse. Cela s’explique en partie par le fait qu’à l’origine, Nusa Penida servait de terre d’exil à toutes les personnes bannies de Bali. De plus, les balinais très croyants la considère comme le repère de démons !

Pourtant, cette île se rapproche plus du paradis. On s’y déplace en scooter sur des petites routes très peu fréquentées et souvent en piteux état. Mis à part les petites zones urbaines, les paysages qu’offrent Nusa Pénida sont surtout des paysages de nature sauvage, ponctuée de quelques habitations par ci par là. Les infrastructures en dur sont assez rares. Rien de surprenant quand on sait que l’électricité n’a été installée sur toute l’île qu’en 2013. De ce fait l’offre en matière de logement et de restauration est encore limitée mais nul doute qu’elle va se diversifier dans les années à venir. Enfin, Nusa Penida offre des paysages notamment marins véritablement grandioses. Le plaisir est d’autant plus grand que ces endroits ne sont pas noirs de monde. Vous comprenez à présent notre coup de cœur pour cet endroit…

 

Seconde journée sur l’île de Nusa Penida

Nusa Penida

Le second jour, nous partons sur notre fidèle scooter en direction de Penyangan waterfall.  Cet endroit est impressionnant : son immense escalier bleu d’environ 600 marches longe un flanc de falaise jusqu’à arriver à un temple caché dans le creux de la roche où s’écoule une rivière. Cette dernière a creusé la pierre en créant des trous d’eau. Les vagues en contrebas s’écrasent dans des fracas impressionnants.

La descente de l’escalier est un peu dangereuse. En effet, les marches sont étroites et très raides. Mais la vue sur la mer est à couper le souffle et le temple est charmant. Une fois en bas, nous nous sommes rafraichis en nous baignant dans les trous d’eau formés par la rivière. Puis, il est déjà temps de remonter. Qu’on se le dise, j’en ai vraiment bavé et j’ai explosé mon quota de « ronchonnage » pour la semaine.

L’après-midi, nous partons pour le second spot de la journée : Kelingking beach. Comme toujours sur Nusa Penida, il y a un prix d’entrée sur le site puis un prix à payer pour garer son scooter. Ce sont des sommes dérisoires mais tout se paye à Bali. Kelingking beach est LE spot de Nusa Penida. Appelé aussi le T-Rex du fait de la forme de la falaise, sa vue incroyable donne sur une immense plage accessible par un petit chemin très escarpé. Malgré une météo mitigée, le spot est juste incroyable. C’est un vrai coup de cœur.

Il est surprenant lorsque l’on vient d’Europe, de constater que ces spots très prisés par les touristes ne sont absolument pas sécurisés. A Nusa Penida, il n’y a aucune barrière, aucune pancarte de mise en garde. Il faut donc être vigilant. Mais cette seconde journée nous confirme la beauté de cette île encore relativement épargnée par le tourisme de masse.

 

Expérience coup de cœur :  rencontre avec les raies Manta

ballet raie manta mer Nusa Penisa Manta point

Ce troisième jour à Nusa Penida, nous partons de bonne heure sur la belle plage de Crystal bay. Beaucoup de petits bateaux y sont amarrés mais la plage est presque déserte. Très vite, un jeune homme nous propose un tour en bateau pour nous rendre à « Manta Point ». Parfait ! C’était notre objectif. Départ immédiat ! Nous serons seulement quatre à bord dont le capitaine de notre petit bateau.

Une dizaine de minutes plus tard, nous amarrons à une cinquantaine de mètre de la rive seulement. Mais ici, pas de plage. Nous sommes au pied d’une falaise qui se jette à pic dans la mer et où les vagues s’écrasent dans un remous violent. Pourtant notre capitaine nous fait signe de sauter à l’eau. Une fois encore, la sécurité n’est pas de mise. Au milieu de quelques bateaux, nous sautons donc dans cette eau sombre munis d’un masque et tubas.

A peine ais-je plongé que je vois une méduse à quelques centimètres de moi ! Je tente de prévenir Stéphane qui ne m’entend pas. Je m’éloigne alors mais pour mieux me retrouver au milieu d’un banc de méduses ! Il y en a partout. Impossible de les éviter ! Les (nombreuses) piqures ne seront finalement pas douloureuses. Nous sentions un peu partout des petites brulures. Plus dérangeant que douloureux … Pour le moment.

Soudain, elles apparaissent : les danseuses des mers. Organisées par ligne de quatre ou cinq, elles volent à quelques centimètres sous nos pieds en effectuant une chorégraphie gracieuse que toutes reproduisent derrière la meneuse de rang. Le spectacle est bluffant. Longues d’environ 2 mètres, elles ne sont pas farouches, probablement habituées à voir des touristes idiots s’agglutiner autour d’elles. Cela vaut bien toutes les piqures de méduses !

 

Derniers moments à Nusa Penida

Spot de broken beach Nusa Penida

Nous nous rendons l’après midi au spot d’Angel’s billabong. Après un trajet qui semblait interminable sur une route chaotique, nous arrivons enfin, sous une chaleur écrasante au spot tant attendu. Étonnamment, il y a ici énormément de monde. Surtout des chinois en fait. Je dois reconnaitre qu’ils sont très drôles à observer comme touristes. Toujours accoutrés de tenues extravagantes, ils ne sont pas agiles pour deux sous et … adorent prendre des selfies partout (et tout le temps).

Mais revenons-en à notre billabong. Et bien en mon sens, il n’a rien de spécial. Le genre d’endroit sublimé sur des photos retouchées à l’extrême qui ne mérite guère la route qu’il impose pour le découvrir. L’eau de mer est stagnante, la roche n’a rien de spécial et en plus, les touristes sont nombreux à y descendre pour tremper leurs pieds. Je passe mon chemin.

A quelques centaines de mètres heureusement nous découvrons Broken Beach. C’est la belle découverte de ce spot reculé sur l’île de Nusa Pénida. Broken Beach est une petite crique encerclée par la roche à l’exception d’un trou béant permettant à un bateau de taille moyenne d’y pénétrer. L’accès est néanmoins impossible pour les piétons du fait de la hauteur de la falaise et finalement, c’est mieux ainsi. Nous observons donc d’en haut ce superbe paysage qui là encore révèle la beauté brute de cette île qui ne restera pas longtemps si peu fréquentée par les touristes…

La journée se clôture sur ce beau paysage et notre séjour à Nusa Pénida aussi. Le lendemain matin nous reprenons le speed boat avec regret pour rentrer sur Bali. Nusa Pénida est sans conteste, la destination coup de cœur de notre séjour à Bali.

 


Pour l’anecdote :

  • Sur Nusa Penida, un scooter se loue 5€ la journée et avec un peu de chance, les deux superbes casques de moto cross sont compris.
  • Si à la sortie de l’eau nous n’avions que des petites traces rouges dues aux piqûres de méduses, Stéphane a quelques heures après développé une allergie qui a duré plusieurs jours, lui laissant des traces sur tout le corps et de fortes démangeaisons.
  • Dans les chemins reculés de l’île nous avons croisé des écoliers en tenue traditionnelle qui nous ont fait de grands signes en guise de bonjour puis, au retour, ils nous ont fait des doigts d’honneur.

 

Chambre d'hôtel de Seminyak
Notre chambre d'hôtel à Seminyak
« 1 de 31 »
Written by lesblog-trotteurs in 22 avril 2018 / 1179 Views

1 Comment

  • Chantal 23 avril 2018 at 15 h 38 min

    Superbe…!!!

    Reply
  • Please Post Your Comments & Reviews

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *